Comment forcer un notaire à régler une propriété ?

476

A lire aussi : Qui solliciter pour la construction de bureau en conteneur ?

En cas de décès d’un titulaire d’un héritage, la succession est ouverte afin que les biens de l’héritage puissent être partagés par ses héritiers. C’est un héritage indivis quand il est accepté par les successeurs, mais n’est pas immédiatement divisé. Dans cet article, nous expliquons comment traiter le patrimoine qui reste dans l’indivision et comment faire les parts.

Qu’ est-ce que l’héritage indivis ?

L’ héritage indivis concerne les biens laissés par l’auteur de la succession, acceptés par les héritiers respectifs, qui n’ont pas encore été partagés.

A voir aussi : Quel est le salaire moyen au Portugal ?

Depuis l’ouverture de la succession jusqu’au partage des biens laissés par le défunt, tous les biens sont dans la division, et tous les droits et obligations liés à l’héritage incombent aux héritiers, à l’exception de ceux qui sont éteints par le décès de l’auteur.

Note

La situation de l’héritage indivis seulement prend fin lorsque la division des marchandises est effectuée.

Saviez-vous que vous pouvez exiger le partage de l’héritage indivis ? En savoir plus : Recevoir l’héritage : gérer la bureaucratie en 5 étapes

Le droit d’exiger le partage de l’héritage est réglementé par l’article 2101 du Code civil, qui stipule qu’il est impossible de démissionner et dispose que les héritiers ont le droit d’exiger le partage des biens quand ils le souhaitent.

Il est également stipulé que les biens peuvent rester indivis pendant une période ne dépassant pas cinq ans, mais il est possible de renouveler cette période une fois ou plus au moyen d’un nouvel accord entre les héritiers.

L’ héritage jusqu’à sa division est géré par l’héritier légitime le plus proche du défunt, identifié comme le chef du couple, qui est habituellement le conjoint ou l’enfant aîné.

Ce dernier est responsable de l’administration de l’héritage jusqu’à ce qu’il soit liquidé et ce dernier a le devoir de faire rapport annuellement à héritage aux héritiers restants.

Les héritiers peuvent partager leur héritage d’un commun accord et l’exercer dans un Conservatoire, un Service Notaire ou par voie d’inventaire dans des cas particuliers prévus par la loi.

Conformément à l’article 2102 du Code civil, le partage est effectué par inventaire dans les termes suivants :

  1. « lorsqu’il n’y a pas d’accord de toutes les parties intéressées par le partage ;
  2. Lorsque le ministère public comprend que l’intérêt de l’inapte à qui l’héritage est accordé implique l’acceptation du bénéficiaire ;
  3. Dans les cas où l’un quelconque des héritiers ne peut, en raison d’une absence partiellement incertaine ou d’une incapacité permanente, intervenir dans le partage par voie d’accord. »

Après avoir partagé un héritage indivis, chaque héritier n’est redevable que des frais proportionnels au quota qu’il a attribué et peut décider que le paiement est effectué au détriment d’une somme d’argent ou de d’autres marchandises à cette fin.

Responsabilités en matière d’héritage Lire aussi : Comment faire le permis de conduire en trois étapes simples

Le cas échéant, l’héritage a la responsabilité de couvrir les charges suivantes :

  • les frais funéraires ;
  • paiement des dettes du défunt ;
  • Administration et règlement des avoirs héréditaires ;
  • les votes de son auteur ;
  • Les frais d’essai ;
  • Administration et règlement des avoirs héréditaires ;
  • L’ accomplissement des héritages.

Obligations fiscales Ne manquez pas : Impôt sur les successions : tout ce que vous devez savoir

Il y a des obligations fiscales liées à l’héritage indivis liées à l’IRS, à l’IMI et à l’AIMI qui doivent être remplies.

Obligations fiscales en vertu de la

L’ héritage indivis est considéré comme une situation contier-titre, donc pour effets fiscaux sur l’IRS, chaque héritier est imposé sur sa part du revenu généré.

S’ il s’agit d’un héritage indivis avec des revenus agricoles, animaux, forestiers, industriels ou commerciaux, il incombe au chef du couple de présenter, dans sa déclaration annuelle de l’IRS, les profits ou pertes résultant de l’héritage, en identifiant les autres contitulaires et leurs parcelles.

Il est également obligatoire que tous les contitulaires déclarent le revenu de l’héritage dans leurs états de revenus annuels, en identifiant le chef du couple.

Pour les autres catégories de revenus par lesquelles l’héritage indivis peut être composé, comme les loyers ou les gains en capital, il est du devoir de chaque membre de déclarer sa part du revenu net et des déductions, y compris celles relatives aux réductions d’impôt. Dans cette situation, le chef du couple n’a pas besoin de déclarer la totalité.

Obligations impôt en IMI

C’ est la responsabilité totale du chef du couple d’effectuer le paiement de l’impôt foncier municipal (IMI) de l’héritage indivis.

AIMI Restez au courant : 3 étapes pour simplifier la vente de biens hérités

Dans cette taxe, les successions indivis sont assimilées à des personnes morales et les biens qui en font partie ne sont imposés que par l’Supplémentaire à l’IMI (AMI) à condition que la somme des actifs fiscaux (VPT) de la même dépasse 600 mille euros.

Cependant, il peut y avoir des cas où il bénéficie si la propriété est imposée dans la sphère individuelle de chaque héritier, car il peut être le cas que, individuellement, le VPT n’atteint pas 600 mille euros et donc les héritiers peuvent bénéficier de l’exonération de cette taxe.

Si les héritiers veulent être taxés individuellement, ils doivent en informer l’Autorité fiscale et douanière (TA) par une déclaration, identifiant les héritiers et parts respectives dans l’héritage.

Rate this post