Quels meubles Puis-je déduire les frais de notaire 2021 ?

13

Le thème de ce mois du blog est lié aux professionnels autonomes, sujet qui a été exposé dans notre article d’octobre . Il s’agit de la fiscalité des notaires et des registraires.

Dans le texte, nous discuterons de la concession qui permet à ces professionnels de fournir leurs services, des taxes sur leurs activités et des moyens de réduire leur fardeau fiscal.

Lire également : Quel est le statut d'Airbnb ?

Qui sont les notaires ?

Les notaires, également connus sous le nom de notaires, sont les professionnels qui pratiquent les actes d’enregistrement chez les fonctionnaires extrajudiciaires connus sous le nom de notaires.

Ces professionnels entrent dans leur fonction par voie d’appel d’offres public et leur pouvoir est conféré par délégation de l’État, conformément à l’article 236 de la Constitution et à l’article 3 de la loi no 8.935/1994.

A découvrir également : Comment savoir ce qui est contenu dans un IBS ?

Ces notaires ont une particularité : bien que les notaires aient un CNPJ, ces serviteurs ne présentent pas la personnalité juridique, ne peut donc pas se livrer à des actes pour leur propre compte. Ainsi, toute l’activité fournie par les notaires est effectuée par le notaire, qui a effectivement reçu la concession du pouvoir public de fournir le service notarié et d’enregistrement, selon l’accord déjà établi par de nombreuses décisions judiciaires.

Ces informations sont essentielles pour comprendre la fiscalité qui concerne les notaires.

Quels sont les hommages qui se concentrent sur les activités des notaires ?

Comme les notaires répondent à leurs activités en tant que particulier, toute imposition sur le service notarié et d’enregistrement rendu sera sur la personne physique.

Avec cela, on peut dire qu’il est assimilé à un professionnel autonome, qui remplit ses fonctions de PF. Par conséquent, la liste des charges fiscales sur vos services est la suivante :

  • Impôt sur le revenu (des personnes Physique)
  • Services Taxe
  • Cotisations de sécurité sociale

Ensuite, nous traiterons ces hommages séparément.

Impôt sur le revenu des particuliers

Parce que toute son activité relève de la responsabilité du notaire en tant que personne physique, l’imposition de ses revenus sera également sur sa personne physique, conformément à l’art. 38, IV du décret n° 9.580/2018, qui réglemente les RI.

Pour la rémunération de ses activités est de nature indépendante, le notaire est tenu de percevoir mensuellement IR par l’intermédiaire du Lion Carne-Lion, conformément à l’art. 118 du décret nº 9.580/2018.

En plus de cette évaluation annuelle, le notaire doit présenter le relevé d’ajustement annuel du Rotary pour chaque année civile.

Parce qu’ils sont obligés de présenter le Lion Carne-Leo, ces professionnels peuvent utiliser le Box Book pour faire des retenues mensuelles, un sujet que nous allons discuter dans ce Article.

A la fin de ce texte, vous n’aurez plus de problèmes en matière d’imposition des notaires !

Taxe de service (ISS)

La taxe de service suscite un grand débat lorsqu’il s’agit de la fiscalité des professionnels de la chartorat.

L’ ISSQN (Taxe sur les services de toute nature) est prévu dans la Constitution de 1988, plus précisément à l’article 156, point III. Dans cette disposition, la Constitution garantit aux municipalités la compétence de créer l’ISS sur toute forme de service.

Toutefois, le texte constitutionnel stipule qu’il est nécessaire de réglementer ces services au moyen d’une loi complémentaire qui indiquerait quels services seront taxés par l’ISS. La loi complémentaire n° 116/2003 a précisément pour objet de réglementer ces activités.

À l’article 21.01 de la liste ci-jointe de la LC 116/2003, il y a une prévision précise de activités des bureaux du notaire. Le dispositif en question indique que l’ISS se concentrera sur les « registres publics, chartorats et notariés ».

Même avec cette prédiction, il y a eu une discussion judiciaire. La thèse proposée, soumise à la Cour suprême par ADIN 3089, fait valoir que l’ISS ne devrait pas se concentrer sur les activités chartueuses au nom des notaires fournissant un service public et que la taxe ne devrait s’appliquer qu’aux activités privées.

Le STF a compris que l’institution de l’ISS pour les activités de cartographie était constitutionnelle, affirmant que le service notarié, bien qu’il soit public, vise le profit et sa rémunération configure l’existence de la capacité contributive, l’un des principes qui fondent toute la fiscalité dans notre pays. Ainsi, l’incidence de l’ISS sur les services fournis par les notaires a été reconnue une fois, à condition que les municipalités incorporent cette collecte dans leurs lois respectives emplacements.

Cependant, un nouveau doute est apparu.

Cette fois-ci, l’argumentation portait sur la base du calcul de l’ISS. Certaines municipalités ont adopté l’incidence de la taxe sur le prix du service, tandis que d’autres ont adopté l’incidence de l’ISS sur une base fixe ou sur une valeur fixe annuelle.

Initialement, la TVA a été perçue par la stipulation d’une valeur fixe, puisque les services fournis par les notaires sont de nature personnelle, de sorte qu’elle n’a pas pour but lucratif. Cette prévision est étayée par l’article 9, §1, du décret-loi n° 406/1968, qui traite de l’ISS dans les activités chartorales et qui, même avec l’avènement de la LC 116/2003, n’a pas été abrogé.

Toutefois, la Cour supérieure de justice (STJ) a découragé cette interprétation. La Cour a déclaré que la taxation par l’ISS en l’espèce ne pouvait se faire sous la forme d’un travail personnel et devrait être facturée pour le prix du service, puisque l’activité de charte vise le profit et si traite d’une activité commerciale.

Cette question a été portée devant la Cour suprême, mais la Cour suprême a déclaré qu’il n’y avait aucune répercussion générale à ce sujet. La répercussion générale, en termes simples, serait une question d’une extrême pertinence pour la société et doit être examinée par la Cour suprême en plénière pour qu’il soit décidé de mettre en lumière toute la question. Dans le même temps, le STF a renforcé l’idée que la base de calcul devrait être le prix du service.

Une grande partie de la doctrine affirme qu’une telle interprétation est erronée parce qu’elle comprend que la prestation de services de chartorat est personnelle et particulière, sur la base de ce qui est exprimé à l’article 236 de la Constitution et à l’article 9 § 1 du décret-loi n° 406/1968.

Par conséquent, à notre avis, une action en justice possible pour remettre en question la base du calcul de l’ISS sur la valeur du service serait appropriée. Cependant, dans le cadre d’une éventuelle procédure judiciaire, il serait difficile de voir cette thèse prospérer compte rendu de la compréhension sédimentée des cours supérieures.

Il y a d’autres caractéristiques qui méritent d’être soulignées à propos de l’ISS.

Le premier d’entre eux concerne le transfert de l’hommage au preneur du service. En règle générale, les notaires adoptent déjà cette posture. Cependant, s’il existe une loi spécifique de la municipalité déterminant ce transfert, les notaires sont tenus de passer cette valeur au prix final.

Un autre point pertinent est la succession fiscale impliquant l’ISS. Cela signifie qu’en cas d’échange entre le notaire responsable d’un notaire particulier, l’ancien titulaire de la concession est le responsable personnel des dettes impliquant ISS.

Enfin, nous avons le problème de l’indemnisation reçue par les notaires dans la pratique des actes libres. Certains documents délivrés par les notaires, tels que le certificat de naissance et le certificat de décès, sont gratuits pour tous les citoyens, comme le prévoit la Constitution. Les tribunaux de La justice de chaque État doit établir une indemnisation pour les notaires qui délivrent ces documents, conformément à la décision du Conseil national de la justice (CNJ).

Ce qui arrive souvent, c’est que les municipalités ont inclus ces montants reçus à titre de compensation dans la base de calcul de l’ISS.

Cependant, une telle compensation a le caractère de remboursement des biens, c’est-à-dire une compensation pour la fourniture d’un service gratuit. Cette interprétation découle de ce qui est prévu à l’article 28 de la loi No 8.935/1994. Dans ce cas, si le montant de l’indemnisation est inclus dans la base de calcul de l’ISS, il est possible d’engager une action en justice pour corriger une telle mesure.

Ainsi, comme un résumé de l’incident de l’ISS sur l’activité des notaires, nous avons :

  • Il y a l’incidence de l’ISS sur ses activités ;
  • Actuellement, la base pour calculer la taxe est le prix du service, bien que cette charge soit douteux ;
  • Le transfert de l’ISS au prix final est obligatoire s’il existe une loi municipale qui détermine une telle mesure ;
  • Il n’y a pas de succession fiscale ;
  • Les montants reçus à titre de compensation pour la pratique des actes libres ne devraient pas être inclus dans la base de calcul de l’ISS. Si tel est le cas, une discussion judiciaire peut s’avérer appropriée.

Cotisations de sécurité sociale

En vertu du règlement sur la sécurité sociale (décret no 3048/1999), les notaires sont assurés par le Système général de sécurité sociale (INSS) et doivent contribuer à la sécurité sociale en tant que contribuables individuels.

Ainsi, les notaires et les registraires doivent verser la contribution à l’INSS individuellement à partir de la réception de la subvention pour l’exercice de leurs activités. Il y a deux façons pour ces professionnels de faire ces contributions :

  • Le premier est la perception de 20% sur la rémunération brute gagnée dans Box Book, observé le minimum (R$ 998,00) et maximum (R$ 5 839,45) du salaire de cotisation.
  • Il est également possible d’opter pour le régime simplifié de sécurité sociale, une option dans laquelle le calcul des cotisations est effectué en appliquant le taux de 11% sur le salaire minimum actuel (en 2019, le montant du salaire est de 998,00 R$)

Dans ce dernier cas, le notaire/registraire renoncera au droit à la retraite en fonction de l’ancienneté.

Déductions par livre de caisse

Classé comme travailleur indépendant, c’est-à-dire celui qui reçoit une rémunération pour ses services d’une manière autonome, les notaires et les registraires peuvent déduire certaines dépenses de l’impôt sur le revenu au moyen du livre de caisse.

Book Box, pour ceux qui ne savent pas, est un livre auxiliaire et facultatif, destiné à enregistrer les revenus et les dépenses, ce qui permet un meilleur contrôle financier, qui peut ensuite être utilisé dans la déclaration IR.

Conformément à l’art. 68 du décret n° 9.580/2018 (Règlement IR), les notaires sont inclus parmi les professionnels qui reçoivent des revenus d’un travail indépendant.

Ainsi, les notaires peuvent déduire les rémunérations versées à des tiers, à condition qu’il y ait un emploi, les émoluments versés à des tiers et les frais payés qui sont nécessaires au maintien de leur activité génératrice de revenus.

En général et les lignes simples, il fonctionne comme suit :

  • La rémunération versée aux employés peut être déduite ;
  • les frais payés à des tiers ;
  • Dépenses pour maintenir la source de vos revenus : c’est le point le plus subjectif des dépenses déductibles. Ici, il y a une gamme de dépenses qui peuvent être encadrées au besoin pour maintenir son activité productive, comme la facture d’électricité, l’eau, le paiement de l’ISS et les dépenses avec des conseils comptables et juridiques, pour ne citer que quelques exemples. Le filtre qui doit être utilisé ici est de savoir si la dépense est essentielle pour le fonctionnement du bureau d’enregistrement.

Nous avons aussi des dépenses qui ne peuvent pas être déduites. Certains d’entre eux sont :

  • Achat de matériel pour l’établissement, le mobilier, l’achat d’ordinateurs ;
  • les quotas d’amortissement des installations ;
  • les frais de location ;
  • Les frais de locomotion et de transport, le stationnement, l’entretien des véhicules, l’assurance et le paiement de l’IPVA ;

Il y a aussi un commentaire à faire, qui concerne les dons faits par les notaires aux organismes publics et aux Etats.

Ces repasses, qui ont des prévisions légales dans chaque État, servent à financer la sécurité, la santé, l’éducation, assistance à des fonds d’envergure sociale, entre autres.

De l’avis de l’équipe d’IR non compliquée, ces repasses pourraient être incluses dans la liste des dépenses déductibles, puisque nous comprenons qu’il s’agit de dépenses nécessaires au maintien de la source de vos revenus. Cela s’explique par le fait que le transfert est nécessaire au maintien de la concession du notaire, de sorte que son non-paiement entraînerait la révocation de la délégation de l’État.

Cependant, la RFB n’a pas de position officielle quant à l’inclusion de ces repasses à titre de dépenses déductibles dans le cahier de caisse.

Par conséquent, nous vous recommandons de consulter Revenus dans le cas particulier pour vous assurer que ces montants ne seront pas considérés comme des dépenses déductibles à l’avenir.

Si vous avez aimé ce texte ou si vous avez des questions à ce sujet, laissez votre commentaire ci-dessous !

Profitez et suivez notre travail sur Facebook, Instagram etYoutube .

Crédits : Les photos utilisées dans cet article sont Dopixabay.com.