Les habitants de Marseille en colère à la suite d’immeubles effondrés

7

Les marseillais ont laissé éclaté leur colère à la suite de l’effondrement des immeubles du quartier Noailles. Sept corps ont été ensevelis sous les décombres. C’est après l’intervention du maire de Marseille Jean Claude Gaudin qui défendait sa politique, que les marseillais ont montré l’état de colère dans lequel ils se trouvaient.

Un septième corps retrouvé après l’effondrement d’un immeuble au centre-ville

Après un autre effondrement d’immeuble dans le centre-ville, un septième corps a été retrouvé sous les décombres. Ce qui fait dire à Patrick Lacoste, un des animateurs de l’association marseillaise ‘’un centre-ville pour tous’’, que le maire se moque du monde. Il ajoute que la ville de Nice qui est deux fois moins peuplée que Marseille, met 10 millions d’euros par an pour la réhabilitation des bâtiments et la construction.
La construction de maison à Marseille n’est qu’au nombre de 12 par année. Pour lui, la mairie justifie ce fait par la durée des procédures et la complexité. Patrick Lacoste continue en disant que c’est Jean Claude Gaudin lui-même qui a signé avec le gouvernement Jospin en 2002, une convention contre l’habitat indigne.

Une marche du deuil et de la colère envisagée

Une marche est prévue par les associations et les habitants du quartier de Noailles. Une marche de la colère selon Patrick Lacoste qui affirme avoir entendu dans la rue les gens crier « Gaudin assassin ». Il ajoute que ce sera une marche de la colère et du deuil. Cette marche a pour but d’inciter les élus pour qu’ils se mettent au travail.
Patrick Lacoste ajoute que jusqu’à maintenant, les autres maires arrivent à mener 32 opérations d’urgence sur du bâti dégradé pour une seule journée. La ville de Marseille quant à elle, en assure une cinquantaine en une année.

  • La mise sur pied d’un plan Marshal : la solution pour en finir avec les logements insalubres

Bruno Gilles, le sénateur LR des Bouches-du-Rhône, et candidat aux élections municipales de 2020, propose la mise en place d’un plan Marshal pour en finir une bonne fois pour toutes avec le logement insalubre. Il affirme que dans l’effondrement des deux immeubles qui a causé huit décès à Marseille, ce n’est que la mairie de Marseille qui doit être pointé du doigt.
Pour une plus grande rapidité dans le règlement du problème, le sénateur estime qu’un plan Marshal doit être lancé dans ce domaine en centre-ville de Marseille.

Les habitants de Marseille en colère à la suite d’immeubles effondrés
Blog Vote