Devenir juriste d’entreprise : les formations et diplômes requis

80

Vous venez de décrocher votre Bac, félicitations ! Prochain cap : l’Université. Si vous savez déjà quelle filière intégrer pour continuer vos études à l’Université, tant mieux pour vous. Dans le cas contraire, pas de panique ! De toute façon, vous avez tout le temps et vous en avez besoin pour bien réfléchir sur ce que vous souhaitez faire à l’avenir. Mais faites attention, c’est votre choix d’aujourd’hui qui déterminera votre vie future. Pour ceux qui veulent devenir juristes d’entreprise, découvrez dans ces quelques lignes les formations et diplômes requis pour un tel poste.

Qu’entend-on par juriste d’entreprise ?

Pour ceux qui ne le savent pas, un juriste d’entreprise est la personne en charge de défendre les intérêts de l’entreprise pour qui il travaille, ou plus précisément de son employeur. C’est lui qui doit prévenir à l’avance les risques que ce dernier peut encourir suite à tel ou tel fait. Et c’est également lui qui veille à l’application des lois et réglementations y afférentes. Bref, c’est lui qui reflète toute la décision de l’entreprise sur telle ou telle chose.

A lire aussi : ETS Baget : une des plus anciennes entreprises du BTP à Marseille

Si auparavant le juriste d’entreprise a été considéré comme un simple technicien du droit, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Tout le monde reconnaît la place que cette personne occupe dans une société. Sans un juriste d’entreprise, une société qui fait face à une situation difficile auprès du Tribunal peut n’avoir pas la maîtrise des choses et perdre devant la Cour.

Grâce à la mondialisation des échanges, le juriste d’entreprise s’impose enfin comme un professionnel incontournable surtout dans le domaine de la gestion des contrats (constitution, signature, clôture, etc.). C’est aussi un bon conseiller et un bon assistant dans la réalisation des projets de l’entreprise. Il est en charge de la veille juridique permanente de l’entreprise pour que cette dernière se conforme à la loi. Il peut jouer sur la législation pour rendre l’entreprise gagnante dans certaines affaires.

A lire aussi : Comment reconnaître un spécialiste des portes d’entrée ?

Et si des problèmes se présentent, l’employeur peut demander son avis pour trouver les solutions adaptées à chaque situation et qui sont en parfaite adéquation avec les objectifs de l’entreprise. À noter qu’il existe 2 types de juriste d’entreprise, dont le juriste généraliste et le juriste spécialiste.

Si vous avez toutes ces qualités, vous pouvez postuler pour le poste de juriste d’entreprise. Sur ce, tâchez de rédiger un CV percutant pour vous démarquer des autres candidats. Sachez convaincre par vos mots. Aussi, il va falloir bien faire la mise en page. Pour vous aider, vous pouvez vous inspirer sur des exemples de CV juriste sur les différentes plateformes dédiées pour cela.

Les formations et diplômes requis pour être un juriste d’entreprise

Le métier de juriste d’entreprise confirmé n’est pas offert sur un plateau d’argent. Pour en devenir un, il faudra disposer d’un excellent bagage juridique, soit au moins d’un bac+5 minimum dans cette filière. Là, vous avez le choix de suivre une formation en droit des affaires, en droit de la propriété intellectuelle, en droit social ou autre pour décrocher votre Master en droit.

Puis, vous devez obtenir votre Master professionnel en droit des affaires puis le M2 et le MBA dans le droit des affaires et le management gestion. Ensuite, il faut décrocher le diplôme d’école de commerce et le diplôme de sciences politiques.

Enfin, décochez le Master spécialisé juriste manager international pour terminer votre cursus. Avec ce dernier diplôme de juriste, vous pouvez travailler même à l’international.

Et si vous avez un double cursus ou une double formation dans d’autres filières qui sont complémentaires au Droit, c’est encore un plus pour vous. Parmi les autres formations et diplômes les plus appréciés pour le poste de juriste d’entreprise, citons la comptabilité et la gestion (DJCE) et le CAPA ou le certificat d’aptitude à la profession d’avocat.

Les autres qualités d’un juriste d’entreprise

Même si vous détenez tous les diplômes nécessaires pour être un juriste d’entreprise, cela ne suffit pas pour devenir un bon juriste d’entreprise. Il faut avoir d’autres qualités spécifiques. Il faut être incollable en droit, mais pas que ! Il faut aussi avoir un sens aigu du conseil et être un fin analyste.

Aussi, vous devez maîtriser au moins 2 autres langues, dont l’anglais, car c’est votre langue de travail surtout si vous souhaitez travailler dans une grande entreprise. La raison en est que la plupart des contrats sont signés avec des entités d’envergure internationale.

Il doit aussi avoir une connaissance solide de ce qu’est la Jurisprudence, des textes législatifs liés au monde de l’entreprise et de la réglementation qui va avec. Il doit être informé de toutes les actualités juridiques pour pouvoir défendre les intérêts de l’entreprise dans n’importe quelle situation. Il doit être bon en négociation.

Certes, le métier de juriste d’entreprise est assez spécifique. Mais en fonction de la préférence du juriste en question, il peut évoluer vers des missions de plus en plus complexes ou bien se spécialiser, par exemple dans les questions environnementales. C’est pour cette raison qu’il est préférable pour une petite entreprise d’embaucher un juriste généraliste et pour une grande entreprise d’opter pour un juriste spécialisé. Et enfin, un bon juriste d’entreprise doit être assez curieux pour informer tous ses collaborateurs de tout ce qui se passe.

Si vous approfondissez votre parcours et travaillez bien, vous pouvez monter au poste de responsable juridique de la société où vous travaillez, ou encore de directeur juridique, de secrétaire général, de DRH, etc.

Et si vous détenez le CAPA ou le certificat d’aptitude à la profession d’avocat, vous pouvez logiquement devenir avocat pour plaider certaines personnes ou sociétés.

Le salaire que perçoit un juriste d’entreprise varie en fonction de son grade et de la taille de la structure pour qui il travaille. Cela coûte environ 2 000 € à 3000 € pour un juriste d’entreprise junior. C’est très tentant, non ! Alors, pourquoi ne pas essayer ! Tout de même, il est toujours conseillé de faire un métier que l’on aime. Ainsi, chaque jour de travail est un plaisir et non une corvée.

Rate this post